MM-Bandeau.png

Muddy Monk

Guillaume Dietrich alias Muddy Monk est né il y a 28 ans en Suisse, dans le canton de Fribourg. Bien qu’il est fait ses premières armes d’artiste en tant que producteur et qu’il ait figuré sur le tube « Le Code » en 2017 avec Ichon, Myth Syzer et Bonnie Banane, c’est assez loin et plus près d’une forme mutante de variété synthétique, et romantique, chantée en français, que s’oriente aujourd’hui le travail de Muddy Monk.

Les BPM sont modérés, les synthés oscillent entre Mitch Murder, Jarre et Moroder, on passe des gros arpeggiators importés des Alpes italiennes à des textures plus rêveuses sorties du répertoire français vintage en faisant un petit détour par des basses rondes, quoique mélancoliques, du funk électronique américain. Au-dessus de tout ça planent ces lignes de chant cristallines, ténues mais vaillantes, qui font résonner des textes dont chaque mot semble d’abord imprégner le groove d’une amertume sans fond, mais qui, parce qu’il est exprimé avec tant de grâce et de fragilité, réussit par miracle à réchauffer le cœur – on se dit qu’on souffre mais que la ride doit continuer, qu’elle va nous rendre plus fort.

Mêlant arrangements californiens, motorisations italogermaniques et écriture francophone à la fois vintage et contemporaine, Muddy Monk déstabilise et surprend autant qu’il séduit et obsède, à la manière des plus grands classiques de la variété française – et donc désormais, de la variété suisse.

  • Chantier

Concerts

    • Muddy Monk
    • Flavien Berger

À l'écoute

NewsletterGroup + Imported Layers Copy 2